Nouvelle édition de Charles Péguy, Note sur M. Bergson et Note conjointe sur M. Descartes

Bildschirmfoto 2016-07-19 um 15.12.19Charles Péguy
Note sur M. Bergson et Note conjointe sur M. Descartes 

par Andrea CAVAZZINI & Jonathan SOSKIN

Liège, Presses Universitaires de Liège, 2016, 267 p.

Avec les essais inédits de Andrea Cavazzini et Jonathan Soskin, Situations de Charles Péguy (pp. 5-19) et Le temps après l’éternité. Sur les Notes de Charles Péguy (pp. 199-258).

Au-delà de l’apologie circonstancielle du bergsonisme contre ses adversaires rationalistes et thomistes, les deux textes testamentaires de Charles Péguy constituent l’une des traversées les plus éloquentes, inséparable d’une reprise originale, de la philosophie de Bergson. Le gérant des Cahiers de la Quinzaine y renouvelle la métaphysique du temps depuis une analyse critique de la société de son temps. Avec cet engagement du bergsonisme, c’est le legs philosophique de Péguy lui-même que la Note sur M. Bergson et la Note conjointe sur M. Descartes recueillent en dernière instance.
De là qu’elles demeurent sans équivalent pour aborder ou méditer cet auteur insaisissable. Socialiste utopiste, dreyfusard militant, poète chrétien, nationaliste enragé : les ultimes écrits de Péguy invitent à déposer ce kaléidoscope pour découvrir un penseur à
la hauteur de son époque de crise, peut-être aussi de la nôtre. Plus profondément que deux philosophes français, c’est une réflexion métaphysique sur la scission radicale de la durée incarnée et une critique sociale de sa dénégation qui sont ici conjointes. Si bien qu’au seuil du désastre on ne trouve pas, sous la plume de ce va-t-en-guerre mélancolique, une théorie du déclin glorifiant le passé national, mais une ode à la « mouvance » du présent et une dénonciation de son gel catastrophique sous les règnes complices de l’argent et du positivisme. Péguy articule par-là, à une interprétation hardie de la métaphysique bergsonienne qui annonce les philosophies de l’événement, une étonnante contribution aux critiques marxistes de la modernité capitaliste et du mythe du progrès.

Versant bergsonien d’un réquisitoire antimoderne, les Notes en sont aussi bien le pendant : un plaidoyer pour l’assomption de cet éternel passage du temps que refoulent tous les cultes de l’habitude et de la mémoire. De quoi rendre possible une réappréciation de Charles Péguy et de sa position singulière, entre diagnostic de la crise et affirmation de l’espérance.

Andrea Cavazzini est membre du Groupe de Recherches Matérialistes et de l’Association « Louis Althusser » ; il a notamment publié Enquête ouvrière et théorie critique (PULg, 2013).

Jonathan Soskin (Université de Liège, Université de Toulouse-Jean Jaurès) rédige actuellement une thèse de doctorat sur la genèse de la philosophie de Gilles Deleuze.

 


Une réflexion au sujet de « Nouvelle édition de Charles Péguy, Note sur M. Bergson et Note conjointe sur M. Descartes »

  1. L’engagement philosophique: « une ode à la « mouvance » du présent et une dénonciation de son gel catastrophique sous les règnes complices de l’argent et du positivisme. »
    J’estime que cette phrase s’applique particulièrement bien à notre époque et j’ai tenté de le faire à ma façon en étudiant la génétique et l’épigénétique depuis une bonne dizaine d’années. Mais, en fait, il y a plus de 40 ans que je rêve de défendre Bergson et sa philosophie symbiotique. En 2016, nous avons besoin non seulement de sociétés et de religions ouvertes, mais encore de philosophies et de sciences ouvertes.

    http://fr.slideshare.net/gilstpierre/symbioses4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *