Archives pour la catégorie Billets

Colloque international « Aux sources de la vie sociale : Durkheim et Bergson aujourd’hui », ULB, 11 février 2016

Le colloque « Aux sources de la vie sociale : Durkheim et Bergson aujourd’hui, initialement prévu en novembre et annulé, aura lieu le 11 et 12 février 2016 à l’Université Libre de Bruxelles.  Capture d’écran 2016-02-04 à 15.23.23

Jeudi 11 février 2016 

14h : Introduction au colloque

1. Le « chassé-croisé » Durkheim/Bergson

14h30-15h30 : Modèles biologiques d’interprétation de la société au début du XXe siècle, par Caterina Zanfi (ENS, Paris)

16h-17h : La société et la guerre. Une lecture durkheimienne des Deux sources, par Bruno Karsenti (EHESS, Paris)

Vendredi 12 février 2016 

2. La vitalité du social

10h30-11h30 : Bergons and Bergsoniens : Sociological Vitalism versus Durkheim, par Heike Delitz (Universität Wuppertal)

11h45-12h45 : Biologie, sociologie, philosophie. Le fait moral entre Durkheim et Bergson, par Florence Caeymaex (FNRS, ULg)

3. Les sources de la morale

14h-15h : Deux généalogies de l’obligation morale, par Louis Carré (UNamur, ULB)

15h-16h : Peguy entre Bergson et Durkheim, par Camille Riquier (Institut Catholique de Paris)

16h30-17h30 : Bergson and Durkheim on sympathy and suffering, par Melanie White (University of New South Wales)

Lieu : Salle Henri Janne, 15e étage Institut de sociologie

44 avenue Jeanne – 1050 Bruxelles

Lien à l’affiche et au programme du colloque.

Assemblée générale et conseil d’administration de la Société des amis de Bergson

La prochaine assemblée générale de la Société des amis de Bergson, initialement prévue le 14 novembre 2015 et reportée en raison des tragiques événements du 13 novembre au soir, aura lieu vendredi 22 janvier 2016, à l’École normale supérieure, 29, rue d’Ulm, Paris, salle Paul Langevin, à 13h30.

La réunion du conseil d’administration se tiendra à 12h30.

Assemblée générale et conseil d’administration de la Société des amis de Bergson

Suite aux événements terribles du 13 novembre 2015 au soir, l’Assemblée générale et la réunion du conseil d’administration de la Société des amis de Bergson ont été annulés.

Ces réunions auront lieu à une date ultérieure.

 

La prochaine assemblée générale de la Société des amis de Bergson aura lieu samedi 14 novembre 2015, à l’École normale supérieure, 45, rue d’Ulm, Paris, en Salle des Actes, à 15h. Elle sera suivie d’une table ronde à l’occasion de laquelle seront discutés plusieurs ouvrages récents sur la philosophie de Bergson, en présence des auteurs.

La réunion du conseil d’administration se tiendra à 14h.

 

Colloque international « Aux sources de la vie sociale. Durkheim et Bergson aujourd’hui »

Colloque organisé par Louis Carré (ULB, UNamur), Didier Debaise (ULB) & Florence Caeymaex (FNRS-ULg).

Avec la participation de Caterina Zanfi (CNRS/ENS, Paris), Camille Riquier (Institut Catholique de Paris), Bruno Karsenti (EHESS, Paris), Heike Delitz (U. Wuppertal), Mélanie Plouviez (U. Nice-Sophia Antipolis) et Melanie White (U. South Wales)
Ce colloque se tiendra les 26 et 27 novembre 2015 à l’Université Libre de Bruxelles
Salle Henri Jeanne, Institut de Sociologie
44, Avenue Henri Jeanne — 1050 Bruxelles
L’entrée est libre et sans inscription, ouverte à tous.
Ci-joints les affiche et programme.
ATTENTION – LE COLLOQUE A ÉTÉ REPORTÉ AU 11 ET 12 FÉVRIER 2016.

Débat autour de l’ouvrage de Caterina Zanfi, Bergson et la philosophie allemande : 1907-1932. 20 juin 2015, MHH

Débat autour de l’ouvrage, en présence de l’auteur, dans la cadre des « samedis du livre » du Collège international de philosophie

Samedi 20 juin 2015

10h-12h – Grande Salle, Maison Heinrich Heine, Fondation de l’Allemagne (27C bd Jourdan, Paris 14e)

Sous la responsabilité de Nadia Yala Kisukidi.
Intervenants : Olivier Agard (Université Paris-Sorbonne), Nadia Yala Kisukidi (CIPh, Université de Genève), Jean-Louis Vieillard Baron (Université de Poitiers), Caterina Zanfi (République des savoirs – ENS-Ulm).MHH _Sdl_Zanfi

Colloque international : Bergson et le contemporain. Université Paris Ouest, 24 juin 2015

affichebergsonComment faire usage de certains moments de la pensée bergsonienne pour les mettre à l’épreuve de questions qui nous arrivent aujourd’hui ? Comment exposer la pensée bergsonienne au moment présent afin de l’éclairer autrement ? Cet atelier de travail propose des interventions courtes et veut ménager des espaces de discussion.
PROGRAMME
Discutants : Anne Sauvagnargues (HAR, Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et Camille Riquier (ICP, Institut Catholique de Paris).10h – Ouverture.10h15 – Paola Marrati (Humanities Center, The Johns Hopkins University) : « Bergson et le cyborg ».

11h15 – Jean-Michel Salanskis (IRePh, Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Postérités bergsoniennes ».

Pause : 12h15-14h

14h – François-David Sebbah (IRePh, Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Bergson et la catastrophe »

15h – Larry S. McGrath (Center for Humanities, Wesleyan University) : « La neurologie et la télégraphie dans Matière et mémoire« .

16h – Elie During (IRePh, Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Comment peut-on être bergsonien ? Le cas de la philosophie des sciences ».

17h-17h30 : Discussion de clôture

https://ireph.u-paris10.fr/cdr-ireph/actualites/bergson-et-le-contemporain-612826.kjsp?RH=1382951204848

Anthony Feneuil, Le serpent d’Aaron : Sur l’expérience religieuse de Karl Barth à Henri Bergson

Le serpent d’Aaron. Sur l’expérience religieuse chez Karl Barth et Henri Bergson, Lausanne, L’Âge d’Homme, 2015. 

Présentation: Dans le livre de l’Exode, Aaron, le prêtre de Moïse confronté aux magiciens de Pharaon, transforme devant eux le bâton en serpent. Mais s’agit-il d’un miracle ou d’un simple tour de magie ? Il est proposé ici de lire cette histoire comme le paradigme de l’expérience religieuse. Qu’est-ce qui la différencie de toute autre expérience ? Et le problème théologique qu’elle pose n’est-il pas celui de toute expérience, ou du moins de toute expérience pure, telle que le philosophe peut le formuler plus rigoureusement?

C’est pour répondre à cette question, dont l’enjeu consiste à interroger à nouveaux frais les rapports entre théologie et philosophie, que seront convoqués deux penseurs majeurs de l’expérience au 20e siècle: le théologien Karl Barth (1886-1968) et le philosophe Henri Bergson (1859-1941).

Conseil d’administration de la Société des amis de Bergson

 Élu le 14 novembre 2014 pour 4 ans

Bureau :

  1. Frédéric WORMS, nationalité française, professeur d’université, président
  2. Paul-Antoine MIQUEL, nationalité française, professeur d’université, trésorier
  3. Arnaud FRANÇOIS, nationalité française, professeur d’université, secrétaire

 

  1. Shin ABIKO, nationalité japonaise, professeur d’université, membre du conseil d’administration
  2. Arnaud BOUANICHE, nationalité française, professeur de classes préparatoires, membre du conseil d’administration
  3. Mme Florence CAEYMAEX, nationalité belge, chercheur au FNRS, membre du conseil d’administration
  4. Élie DURING, nationalité française, maître de conférences, membre du conseil d’administration
  5. Émile KENMOGNE, nationalité camerounaise, professeur d’université, membre du conseil d’administration
  6. Mme Nadia Yala KISUKIDI, nationalité française, professeure agrégée, membre du conseil d’administration
  7. Mme Débora Cristina MORATO PINTO, nationalité brésilienne, professeur d’université, membre du conseil d’administration
  8. Iannis PRELORENTZOS, nationalité grecque, professeur d’université, membre du conseil d’administration
  9. Camille RIQUIER, nationalité française, maître de conférences, membre du conseil d’administration
  10. Rocco RONCHI, nationalité italienne, professeur d’université, membre du conseil d’administration
  11. Mme Brigitte SITBON-PEILLON, nationalité française, professeur agrégée, membre du conseil d’administration
  12. Matthias VOLLET, nationalité allemande, secrétaire de la Kueser Akademie für Europäische Geistesgeschichte, membre du conseil d’administration
  13. Ghislain WATERLOT, nationalité française, professeur d’université, membre du conseil d’administration
  14. Mlle Caterina ZANFI, nationalité italienne, post-doctorante, membre du conseil d’administration

Compte rendu : Bergson et la religion, sous la direction de Ghislain Waterlot

9782130563273_v100Bergson et la religion. Nouvelles perspectives sur Les Deux Sources de la morale et de la religion, sous la direction de Ghislain Waterlot, Paris : Presses Universitaires de France, novembre 2008, VI-466.

Caterina Zanfi, 15 octobre 2009

 

Depuis la fin des années quatre-vingt, un travail de relecture de l’ensemble de l’œuvre de Bergson a permis un renouveau interprétatif, dont le symbole est la nouvelle édition critique, aux Presses Universitaires de France, des textes de Bergson. Après la grande attention dont a fait l’objet l’Evolution créatrice, lors de son centenaire, Les Deux Sources de la morale et de la religion est l’œuvre autour de laquelle se concentrent aujourd’hui le plus grand nombre de travaux : son édition critique parue en 2008[1] a été accompagnée par plusieurs publications importantes[2], parmi lesquelles, le recueil Bergson et la religion se distingue particulièrement. C’est en effet un travail collectif entièrement consacré au problème religieux. C’est sans doute parce que ce sujet a toujours été le plus controversé, qu’il était nécessaire d’y consacrer un grand effort critique. Les lectures philosophiques et chrétiennes, souvent très partielles, qui ont dominé l’interprétation des Deux Sources depuis 1932, ont rendu problématique l’approche de cette œuvre. Elle devint ainsi « l’œuvre de Bergson non pas la moins lue, mais la moins interrogée », comme le souligne dans l’introduction (p. 6) Ghislain Waterlot – directeur du recueil et coéditeur avec le spécialiste en anthropologie Frédéric Keck, de l’édition critique des Deux Sources.

Le volume, qui succède au colloque tenu à l’Université de Genève du 30 novembre au 1er décembre 2006, comporte non seulement des écrits de philosophes spécialistes de Bergson mais aussi d’anthropologues,  de sociologues et de théologiens. Il est composé de cinq sections. La première vise à montrer les nouvelles pistes de travail autour du texte de Bergson, et s’ouvre avec une relecture convaincante, par Frédéric Worms, de la conclusion des Deux Sources. Il souligne la nécessité d’un tel chapitre, en ce qu’il permet de reconnaître dans la guerre l’élément de distinction entre les deux morales et les deux religions. L’urgence des problèmes actuels, qui entraînent notre société vers la clôture par des forces infrarationnelles, amène Bergson à faire appel d’abord à la force suprarationnelle de la mystique et finalement à l’ordre rationnel dont dispose la philosophie : c’est ainsi que Les Deux Sources se présentent comme un «traité des trois ordres» (p. 62).

L’essai de Camille Riquier propose ensuite une lecture originale du passage de L’évolution créatrice aux Deux Sources, en se concentrant sur la modification que fait subir Bergson à l’idée de néant dans le troisième chapitre des Deux Sources[3]. Au lieu d’être présenté comme un faux problème, dû au fonctionnement de l’intelligence, l’idée de néant est ramenée à une faiblesse de la volonté. Ainsi, pour Camille Riquier, le quatrième chapitre apparaît également comme la clé de voute le l’œuvre : il est le lieu où Bergson fait le constat du déficit de volonté de l’humanité.

L’enracinement de la fabulation dans l’élan vital est au centre de la contribution de Jean-Christophe Goddard, qui trouve des traces de cette fonction visionnaire jusque dans l’image optique des écrits deleuziens sur le cinéma.

La deuxième et la troisième section considèrent respectivement la religion statique et dynamique. L’une après l’autre, les interprétations les plus confirmées sont mises à l’épreuve, comme celle d’Etienne Gilson[4], mise en question pour être ensuite retrouvée par Camille De Belloy, ou celle d’Henri Gouhier sur l’unité de la morale ouverte et de la religion dynamique[5], reprise par Arnaud Bouaniche.

Plusieurs passages controversés sont interrogés et développés dans les diverses directions disciplinaires, de la philosophie à l’anthropologie, à l’histoire des religions. Arnaud François aborde ainsi la tendance paradoxale, qui caractérise l’homme, seul être raisonnable, à suspendre son existence à des choses déraisonnables, au travers d’une confrontation avec les explications de Lucrèce et Nietzsche.

Hans-Christoph Askani rapproche la « religion statique » de la description donnée par Lübbe[6] de la religion comme réaction à l’impossibilité humaine de maîtriser les contingences, en reprochant finalement à Bergson sa méconnaissance de la fragilité et de la finitude humaine, dépassée par la plénitude de l’expérience mystique.

La notion durkheimienne d’hyperspiritualité est distinguée, par Brigitte Sitbon-Peillon, de la supraspiritualité (ou mieux, de la supra-intellectualité) bergsonienne. Contrairement à la première la première, transcendante et coercitive, la supraspiritualité bergsonienne s’incarne dans les figures des mystiques, dont la vocation activiste ancre et rend immanente à la société la dimension spirituelle. Frédéric Keck approfondit le dialogue de Bergson avec l’anthropologie française, au cours d’une analyse de la définition de la croyance comme assurance, en l’inscrivant dans le débat sur la responsabilité au XIXème siècle, puis en la mettant en rapport avec la théorie de la solidarité de Durkheim et la théorie de la confiance de Lévy-Bruhl.

Jean-Louis Vieillard-Baron, dans son article, comprend le mysticisme comme un cas particulier de l’analogie entre vie intérieure de l’individu et vie cosmique, déjà affirmée dans L’évolution créatrice, et opère  des importantes mises à jour critiques par rapport à la théorie bergsonienne du sujet.

En un article très informé, Waterlot montre les étapes de l’intérêt de Bergson pour la mystique, à partir de sa lecture de James en 1902, et met en question le rapport du philosophe à une telle expérience, qu’il ne peut pas vivre, et ne peut que connaître par les témoignages des mystiques eux mêmes.

La quatrième section considère ensuite les positions de Bergson à l’égard des religions et les met à l’épreuve des récents études historico-critiques. Pierre Gisel problématise la version bergsonienne du christianisme à la lumière des réflexions de Nancy, de Gauchet et de la psychanalyse.  Il montre également ses points de contact avec le protestantisme libéral développé en Allemagne avant la première guerre. L’exclusivité du christianisme comme mysticisme complet est relativisée par Marc Fessler, qui souligne la « passion de la justice » qui animait déjà les prophètes d’Israël. Leur religion se rapprocherait donc beaucoup plus de la religion dynamique que de toute forme de fabulation. Il ramène le jugement de Bergson sur le judaïsme comme « religion nationale » à un simple préjugé diffusé parmi le études bibliques de l’époque, mais qui ne peut plus être soutenu aujourd’hui. Dominique de Courcelles poursuit la mise en perspective de Bergson au sein des études d’histoire comparée des religions, en donnant à voir l’influence qu’il a pu avoir sur cette discipline.

Deux essais concluent l’ouvrage, dans une dernière section consacrée aux problèmes, relatifs aux  Deux Sources,  qui restent ouverts aujourd’hui. Anthony Feneuil aborde le sujet de l’unité de la morale et de la religion, comme Bouaniche, mais d’une façon moins conciliante : en reconnaissant au mysticisme un rôle de créateur de « valeurs », ou mieux d’obligations, il revendique l’autonomie d’une telle création vis-à-vis de toute direction morale et finit ainsi par mettre en crise, une fois de plus, le christianisme bergsonien. Worms reprend la parole à la fin du volume avec un essai sur un sujet aussi sensible que celui du mal et de la souffrance, où il reconnaît à la fois les mérites de Bergson – qui privilégie le point de vue empirique de la souffrance à celui, abstrait, du mal -, mais souligne aussi ses manques : Bergson, en effet, il négligerait les questions de la faute, de la méchanceté, et du scandale moral.

La bibliographie qui clôt le volume articule et complète celle qui accompagne la récente édition critique, ainsi que celle qui apparaît dans le recueil fondamental édité par Pete A.Y. Gunter[7]. Il s’agit d’un appendice précieux, faisant de cet ouvrage, qui constitue une mise à jour remarquable sur l’état actuel des recherches sur les Deux Sources, un instrument de travail très appréciable.

 

[1] Bergson, Henri, Les Deux Sources de la morale et de la religion, éd. Frédéric Worms, Paris: PUF, 2008.

[2] Le premier tome des Annales Bergsoniennes (éd. Frédéric Worms, Paris : PUF, 2002), avec un dossier dédié à “Les Deux Sources de la morale et de la religion (1932) aujourd’hui”, est une étape importante de ce travail, qui se poursuit très récemment à l’occasion du Congrès Bergson de 2007 avec les contribution de l’atelier consacré au passage de L’Evolution créatrice aux Deux Sources, publiés dans les quatrième tome des Annales Bergsoniennes (éd. Frédéric Worms, Paris : PUF, 2008), qui contient aussi un article de David Lapoujade sur l’attention à la vie dans l’œuvre de 1932. Enfin, on ne peut pas oublier la remarquable monographie de Brigitte Sitbon-Peillon, Religion, métaphysique et sociologie chez Bergson. Une expérience intégrale (Paris: PUF, 2009).

[3] Bergson, Henri, Les Deux Sources de la morale et de la religion, cit., p. 264-267.

[4] Gilson, Etienne, Le Philosophe et la Théologie, Paris : Fayard, 1960.

[5] Gouhier, Henri, Bergson et le Christe des Evangiles, Paris: Fayard, 1961, p. 112.

[6] Lübbe, Hermann, Religion nach der Aufkärung, Graz : Styria, 1986.

[7] Gunter, Pete A.Y., Henri Bergson : A Bibliography, Bowling Green, Ohio Philosophy Documentation Center, Bowling Green State University cop. 1986.

Assemblées générales de la Société des amis de Bergson

23 septembre 2006 – Assemblée générale fondatrice

22 novembre 2007Rapport financier 2007

29 novembre 2008 – Rapport financier 2008

28 novembre 2009Rapport financier 2009

27 novembre 2010 – Rapport financier 2010

14 janvier 2012 (pour l’année 2011) – Rapport financier 2011

26 janvier 2013 (pour l’année 2012)Rapport financier 2012

7 novembre 2013 – Rapport financier 2013

14 novembre 2014Rapport financier 2014

22 janvier 2016 (pour l’année 2015) – Rapport financier 2015

3 décembre 2016 – Rapport financier 2016

 

 

Réunions du Conseil d’administration de la Société des amis de Bergson

CA 22 novembre 2007

CA du 29 novembre 2008

CA 28 novembre 2009

CA 27 novembre 2010

CA extraordinaire – 7 juin 2011

CA 14 janvier 2012 (pour l’année 2011)

CA 26 janvier 2013 (pour l’année 2012)

CA du 7 novembre 2013

CA 14 novembre 2014

CA du 22 janvier 2016 (pour l’année 2015)

CA du 3 décembre 2016

 

Pour accéder aux rapports financiers, consulter la section Assemblées générales de la Société des amis de Bergson.