Bergson au Collège de France (exposition virtuelle)

Cette exposition reprend les pièces présentées au Collège de France à l’occasion de la journée de rencontre du 29 novembre 2019, dont vous pouvez retrouver ici le compte rendu, ainsi que le programme des interventions. Il est également consultable sur Colligere à l’initiative de cette collaboration. Nous tenons à remercier particulièrement Christophe Labaune pour son magnifique travail. 

Le 1er janvier 1900, Charles Lévêque écrit à l’administrateur Gaston Paris pour lui faire part de la candidature d’Henri Bergson à la chaire de philosophie moderne, laquelle est convoitée par Gabriel Tarde. Ce dernier l’emporte, mais Bergson succède finalement à Lévêque, mort trois jours après sa lettre à Gaston Paris, sur la chaire de philosophie grecque et latine.

L’objectif clairement exprimé par Charles Lévêque est de faire élire Henri Bergson à la chaire de philosophie moderne. Lévêque met en avant l’approfondissement par Bergson de la méthode cartésienne, ainsi que ses incursions dans le domaine de la psychologie, notamment dans son Essai sur les données immédiates de la conscience. Des arguments qui fondent son soutien au candidat sur deux tendances présentes au Collège de France : la tradition et la modernité.


Théodule Ribot reprend une partie des arguments de Charles Lévêque dans sa présentation de la candidature d’Henri Bergson à l’assemblée des professeurs : l’originalité de sa méthode, qui consiste non pas à faire “l’exposé des systèmes” mais “l’histoire des problèmes”, son “analyse minutieuse” des “notions communes”. Il est un “esprit subtil et vigoureux”, certes métaphysicien, “mais qui rattache toujours ses spéculations à des recherches positives”.
Dans la seconde partie de son exposé, Ribot met en avant l’autodidactisme de Tarde, son succès et son absence de titre universitaire qui en font un candidat “tout désigné pour le Collège de France”.


En comparaison des Titres et travaux désormais joints aux candidatures, le curriculum vitae envoyé par Henri Bergson étonne par sa brièveté. On y prend connaissance, sans hiérarchie autre que chronologique, de certains de ses ouvrages désormais célèbres, tels l’Essai sur les données immédiates de la conscience (1889) et Matière et mémoire (1897).


C’est en 1904, suite à la disparition de Tarde, qu’il obtient, fait rare, son transfert à la chaire de philosophie moderne. Son cours se présente en diptyque : le premier cours de la semaine est traditionnellement consacré à l’analyse d’un problème (la liberté, analyse de la volonté, question des « idées générales », etc.). Le second, celui du samedi, consiste en un commentaire des théories de philosophes tels qu’Herbert Spencer, George Berkeley ou encore Baruch Spinoza.

Suite au décès de Gabriel Tarde, Henri Bergson demande à pouvoir intégrer la chaire de celui qui lui avait été préféré en 1900. Il justifie sa demande par le décalage qui existe entre ses principaux thèmes de recherche, qui concernent des thèmes de philosophie contemporaine, et l’orientation de sa chaire qui lui impose de se référer continuellement à la pensée antique. Il explique qu’il ne peut, à cause de cela, traiter les questions « que très imparfaitement, obligé […] de les rattacher à la  philosophie antique et de les envisager ainsi sous leur aspect le plus général, au lieu de les prendre dans les termes précis où la science actuelle les pose ». Le transfert est voté à l’assemblée du 13 novembre 1904, qui se prononce favorablement par 25 voix sur 31.


Son activité institutionnelle, à l’image de sa philosophie, est marquée par son ouverture vers des disciplines émergentes et des recherches audacieuses. Il œuvre plus particulièrement pour la psychologie et la sociologie, dont les deux plus éminents représentants sont d’anciens camarades de l’École normale supérieure. Peu après son arrivée au Collège de France, il se fait l’artisan de l’élection de Pierre Janet à la chaire de psychologie expérimentale et comparée. En 1905, il tente, sans succès cette fois, de faire entrer la sociologie au Collège de France, au profit souhaité d’Émile Durkheim.

L’argumentation ici développée par Henri Bergson utilise un levier habituel dans l’introduction ou le maintien d’une discipline au Collège de France : la comparaison avec des pays étrangers, et plus particulièrement les États-Unis et l’Allemagne. Tous deux disposent d’enseignement de psychologie dans leurs universités, alors qu’en France la discipline n’est que marginalement présente. Il est donc nécessaire que le Collège de France, qui se doit d’enseigner « la science en train de se faire », conserve un enseignement de psychologie.

Le candidat pressenti pour succéder à Théodule Ribot est son suppléant  Pierre Janet. Ce dernier est également un ancien camarade d’Henri Bergson à l’École normale supérieure. Il est élu de justesse le 19 janvier 1902, par 16 voix contre 13, face à Alfred Binet.


Henri Bergson défend en 1905 la création d’une chaire de sociologie. La mention explicite de l’Année sociologique ne fait guère de doute quant au candidat pressenti : Émile Durkheim. Ce dernier avait fait acte de candidature en 1897 à la chaire de philosophie sociale à laquelle fut finalement nommé Jean Izoulet. Cette proposition surprend car Henri Bergson a souvent été opposé à Émile Durkheim. Malgré l’appui de certains professeurs, dont Grégoire Wyrouboff, la sociologie échoue face à la chaire d’histoire et antiquités nationales, par 11 voix contre 19.


Ses cours sont accompagnés d’un grand succès public, et même mondain. L’année 1914, en particulier, voit une multiplication des incidents dus au manque de places. Pétitions et lettres à l’administrateur se succèdent. Il est donc décidé de réserver en priorité les places aux étudiants, ce qui provoque le mécontentement des autres auditeurs. L’affaire est même portée devant l’assemblée, sans qu’aucune solution ne soit trouvée. À partir de l’année académique 1914-1915, Bergson se fait suppléer jusqu’en 1921, date à laquelle il est admis à l’honorariat. Son suppléant, Édouard Le Roy, lui succède.

Dans cette lettre, l’homme politique Pierre Duchesne-Fournet, alors conseiller général du Calvados, suggère que le cours d’Henri Bergson soit donné dans un amphithéâtre plus grand, quitte à le délocaliser à la Sorbonne. Il s’oppose, comme nombre d’auditeurs, au privilège accordé aux étudiants d’avoir une partie de la salle réservée au détriment du reste du public.


L’affluence des auditeurs aux cours d’Henri Bergson entraîne de grandes difficultés d’organisation car la salle dans laquelle il donne ses leçons ne permet pas d’accueillir l’ensemble du public. Les étudiants s’insurgent contre la présence de personnes venues réserver leur place, parfois deux heures avant le début de l’intervention. Leur requête est entendue, comme l’attestent les lettres reçues dans les jours qui suivent par l’administrateur de la part du public non-étudiant, qui demande la suppression de cette faveur.


Une des demandes d’Henri Bergson a été satisfaite : les fenêtres sont désormais ouvertes afin que les auditeurs n’ayant pu entrer puissent tout de même assister au cours. L’affluence de 1914 s’explique en partie par sa récente élection à l’Académie française, qui a (encore) augmenté sa popularité.


Il reçoit en 1927 le prix Nobel de littérature pour « ses idées riches et dynamiques, et pour la manière brillante avec laquelle elles ont été présentées ». En 1932, il publie son dernier ouvrage, Les Deux sources de la morale et de la religion. Bien qu’il souhaite se convertir au catholicisme dans les dernières années de sa vie, il reste fidèle au judaïsme par solidarité avec les Juifs persécutés par la montée de l’antisémitisme. À son décès en janvier 1941, des hommages lui sont rendus en dépit du contexte politique, notamment par Paul Valéry. De même, certains de ses anciens élèves demeurent fidèles à sa mémoire, comme en témoignent les carnets de notes prises par Charles Blondel et donnés par sa veuve à Étienne Gilson en février 1944.

Paul Valéry rend ici hommage à l’œuvre de refonte de la philosophie métaphysique opérée par Henri Bergson, à son style, « qui pour être philosophique, négligea d’être pédantesque », tout en saluant l’homme et sa personnalité. Ainsi, pour Valéry, « Bergson semble appartenir à un âge révolu, et son nom, le dernier grand nom de l’histoire de l’intelligence européenne ».


Ces notes particulièrement soignées ont été prises par le psychologue Charles Blondel (1876-1939). Blondel tente de concilier, en une synthèse originale, les influences de Durkheim (notamment ses conceptions sur les représentations collectives) et celles de Bergson. La veuve de Charles Blondel donne ses cahiers à Étienne Gilson en février 1944.

Cet article a d’abord été publié sur Colligere

Pour citer cet article : Christophe Labaune, “Bergson au Collège de France (exposition virtuelle),” in Colligere, 12/03/2020, https://archibibscdf.hypotheses.org/?p=8177. Consulté le 12/03/2020.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Book Review: Mark Sinclair, Bergson, 2019

Miguel Paley, New School for Social Research, New York City

After a long period of relative obscurity, Bergson’s thought and philosophy have once again piqued the interest of the academic community. The current ‘boom’ in Bergson studies has been particularly dramatic in the English-speaking world, where a number of works treating varied aspects of Bergson’s thought have recently been published. In the past few years alone, we’ve seen the publication of Keith Ansell Pearson’s Bergson: Thinking Beyond the Human Condition, a translation of Jankelevich’s classic Henri Bergson, Jimena Canales’ study of Bergson’s engagement with Einstein: The Physicist and the Philosopher, as well various collected volumes such as Beyond Bergson (ed by Andrea Pitts and Mark W. Westmoreland) which treats the relations between Bergson’s thought, colonialism, and race. The most recent contribution to this Bergsonian renaissance is Mark Sinclair’s Bergson.

Continuer la lecture

Séminaire Bergson: “Bergson et le désir manqué. Le renouvèlement du débat avec la phénoménologie” avec Débora Morato Pinto – Février 2020 – Paris ENS

Notre but dans ce séminaire est de mettre en évidence une dimension essentielle de la philosophie de Bergson, ainsi que d’en explorer sa fertilité: l’affirmation de la relation intrinsèque entre corps propre (ou subjectif), son indétermination et la vie. Penser une telle relation, dépend de la nouvelle conception du mouvement que sa métaphysique développe. Elle fonde aussi la possibilité de penser la création de manière concrète, en insérant la philosophie bergsonienne dans un domaine thématique que nous cherchons à délimiter.

Séance 1 : mardi 4 février, 16h-18h, salle Pasteur (pavillon Pasteur, 1er étage)

Séance 2 : jeudi 6 février, 16h-18h, salle Pasteur (pavillon Pasteur, 1er étage)

Séance 3 : mercredi 26 février, 16h-18h, salle Cavaillès (1er étage)

Séance 4 : jeudi 27 février, 16h-18h, salle Celan (rez-de-chaussée)

Plus d’informations

Call for papers : First Annual Meeting of the Global Bergsonism Research Project

First Annual Meeting of the

Global Bergsonism Research Project

November 6-7, 2020

Penn State University

Nittany Lion Inn

University Park, PA, USA

Henri Bergson’s writings and the ‘Bergsonian’ approach, especially questions of time, human freedom, evolution, memory, and society dramatically transformed the intellectual landscape of the 20th century. Thus, Bergsonism as an intellectual, philosophical orientation reached well beyond France and Europe. The research project is about the comprehension and theoretization of this reality. Numerous works were written in many geographical centers on the reception, perception, interpretation, and the reproduction of Bergsonian ideas, but still several questions need to be answered in this process: What is implied by the global nature of Bergsonism and what did the twentieth century intellectuals find in Bergson that was so pertinent to the intellectual, political, and social issues that they experienced?  To what issues did it respond outside of the Western milieu? Who was interested in Bergsonian approaches and for what reasons? Why did certain type of authors harshly react to Bergson? In which creative ways did World Bergsonians see something of their own traditions and solutions to problems of global modernity? Exploring Bergsonism as an example of the globalization of philosophical modernism through these questions will allow us to obtain a clearer understanding of its transformations in particular historical contexts in more detail and across cases. Analyses of Bergson need to be discussed not only by texts written in local languages but also via the social and scholarly context of that specific area.

Continuer la lecture

International Workshop: Physical Time, Biological Time: Bergsonism Today – Toulouse, October 24-25, 2019 – Report by Mathilde Tahar and Alexis Boisseau

Bien qu’il n’y ait pas eu à proprement parler de « néo-bergsonisme » en France, probablement du fait de la singularité de la philosophie de Bergson, la recherche bergsonienne a connu un renouveau ces dernières décennies, et semble même avoir quelque écho dans les sciences naturelles. Si on ne peut pas parler d’un retour « du bergsonisme », il y a indéniablement une actualité des problèmes bergsoniens, aussi bien en science physique qu’en biologie. C’est dans ce contexte intellectuel qu’a eu lieu les 24 et 25 octobre 2019 une série d’interventions et de discussions autour du temps, temps physique et temps biologique. L’objectif de ces journées, organisées par Paul-Antoine Miquel, (département de Philosophie de l’Université Toulouse Jean-Jaurès), et par Elie During (département de Philosophie de l’Université de Nanterre), était de tenter de suivre des « lignes de faits », à la croisée de l’enquête philosophique et des sciences de la nature. Les intervenants, venus d’universités françaises, anglaises ou japonaises, étaient ainsi invités à parler des reconfigurations de l’espace-temps dans la physique contemporaine, de la différence entre temps de la physique et temps de la biologie,  de l’actualité paradoxale de la notion d‘élan vital pour penser la vie au-delà de l’organisme, enfin de la possibilité d’une philosophie qui travaille sur les sciences sans se faire pour cela philosophie des sciences.

Continuer la lecture

‘Remembering: Analytic and Bergsonian Perspectives (Franco-Japanese workshop)’ – 28th-29th October 2019, Centre for Philosophy of Memory (CPM), Grenoble – Report by Takuya Nagano

In line with recent attempts to establish a dialogue between Bersonian philosophy and analytic philosophy or phenomenology, a remarkable meeting took place on October 28 and 29, 2019 at the Université Grenoble-Alpes. This Franco-Japanese workshop on the theme of memory – Remembering: Analytic and Bergsonian Perspectives – was organized by the Centre for Philosophy of Memory (CPM) in Grenoble and the Project Bergson in Japan (PBJ), represented respectively by Kourken Michaelian and Yasushi Hirai.

Yasushi Hirai (left) and Kourken Michaelian (right)

Continuer la lecture

Bergson : L’événement des Cours – Un événement de la SAB au Collège de France

Suite à la publication des quatre volumes de Cours inédits de Bergson au Collège de France par les Presses Universitaires de France, un moment de débat autour de ce jalon du corpus bergsonien s’impose. Deux tables rondes auront lieu le vendredi 29 novembre de 15h à 18h30 dans la Salle 2 du Collège de France

Ouverture par Alain Prochiantz et Caterina Zanfi

L’événement des cours : sur le moment

Table ronde animée par Caterina Zanfi, avec Emily Herring, Mark Sinclair et Céline Surprenant

L’événement des cours : aujourd’hui
Table ronde animée par Arnaud Bouaniche, avec Arnaud FrançoisCamille Riquier et Rocco Ronchi

Clôture par Frédéric Worms

Cette journée sera également l’occasion d’une exposition inédite qui nous permettra de découvrir des documents relatifs aux cours de Bergson, provenant des archives du Collège de France.

La séance sera suivie par un pot amical.

Conférence de M. Sait Özervarlı : Why Global Bergsonism?/ Pourquoi le bergsonisme global?

Le vendredi 29 novembre 2019, à 12 heuresM. Sait Özervarlı (Professeur à l’Université Yildiz, Istanbul et Directeur de la Fondation pour l’étude de la Science et de la Pensée) tiendra une conférence sur le bergsonisme global à l’École normale supérieure de Paris, dans la Salle Paul Langevin.

Dans cette conférence nous présenterons les motivations du projet “Global Bergsonism” en soulignant ses différentes dimensions et ses principaux objectifs de recherche. Nous insisterons également sur l’importance de la philosophie bergsonienne dans la philosophie internationale contemporaine et nous présenterons les étapes précédentes du projet en nous focalisant sur les différentes initiatives de recherche ayant eu lieu à travers le monde.

‘Reassessing Bergson’ – 11th-12th September 2019, Pembroke College, Cambridge – Report by Matyáš Moravec

In 1912, Bertrand Russell presented his Philosophy of Bergson to ‘The Heretics’ society in Cambridge. Though not the first – and certainly not the last – attack against Bergsonian thought from an analytic philosopher, Russell’s criticism played a crucial part in the rejection of Bergson by the mainstream of English-speaking philosophy. In the past few years, this has, for the first time, started to change. His work has begun to receive rigorous and ingenious reassessments from philosophers from outside the philosophical traditions with which he is almost canonically bound. One of the aims of the Reassessing Bergson event, which took place on 11-12th September 2019 in Pembroke College, Cambridge, was not merely to undo the damage instigated by Russell over one hundred years ago, but also to expand and reassess Bergson’s legacy.

 

Continuer la lecture

International Workshop: Physical Time, Biological Time: Bergsonism Today – Toulouse, October 24-25, 2019

Physical Time, Biological Time: Bergsonism Today

Temps physique, temps biologique : actualité du bergsonisme

Université de Toulouse 2 – Jean Jaurès (laboratoire ERRAPHIS) / Université Paris Nanterre (Institut de Recherches Philosophiques – EA373)

International Workshop / Journées d’étude internationales

Université de Toulouse 2 – Jean Jaurès

Maison de la Recherche – Salle D30

24-25 October 2019

Continuer la lecture

Assemblée générale de la SAB à Paris, 29 novembre 2019

  • L’Assemblée Générale de la Société des amis de Bergson aura lieu le vendredi 29 novembre 2019 (et non le 30, comme il était annoncé dans la dernière newsletter) de 10h à 12h, à l’École normale supérieure de Paris, 29 rue d’Ulm, dans la Salle Langevin. Tous les membres de la SAB sont invités à participer à la réunion, ainsi qu’aux activités qui auront lieu après :

  • À 12h, dans la Salle Langevin de l’ENS, conférence sur le bergsonisme global avec M. Sait Özervarlı, Professeur à l’Université Yildiz, Istanbul et Directeur de la Fondation pour l’étude de la science et de la pensée ;
  • De 15h à 19h, dans la salle 2 du Collège de France, débat autour des Cours au Collège de France récemment publiés par les Presses Universitaires de France, avec Arnaud Bouaniche, Arnaud François, Hisashi Fujita, Emily Herring, Camille Riquier, Rocco Ronchi, Mark Sinclair, Céline Surprenant, Frédéric Worms, Caterina Zanfi. 

    Un programme plus détaillé sera publié ultérieurement.

Book review: Dinçer Yıldız, Henri Bergson’un Felsefesi, Istanbul, 2006

Yusuf Çeribaş, Yıldız Technical University

Dinçer Yıldız, the author of The Philosophy of Henri Bergson, was born in Istanbul in 1937. He got his bachelor’s degree in Turkish Studies and developed a keen interest in philosophy and fine arts. He was educated in pedagogy in Germany and worked there in an educational institution to teach kids with special needs. He did not only enjoy a career as a pedagogy expert in Germany but also gave lectures on Heraclitus, Bruno, Goethe, Rudolf Steiner, Nietzsche and Bergson once a week in an institute for about ten years. Yıldız resettled in Turkey in 1999 and published articles in newspapers on music and philosophy in addition to publishing several books on those themes.

Image result for Dinçer Yıldız, Henri Bergson’un Felsefesi

Continuer la lecture