Journée Bergson (ENS et Collège de France) à l’occasion de l’assemblée générale de la société – Compte Rendu par Manon Grimaud

Conférence de Prof. M. Sait Özervarlı à l’ENS : « Why global Bergsonism ? »

A l’issue de l’Assemblée Générale ouvrant la journée de rencontres du 29 novembre 2019, la conférence de M. Sait Özervarlı (Professeur à l’Université Yildiz à Istanbul,et Directeur de la Fondation pour l’étude de la Science et de la Pensée), fut l’occasion d’exposer les motivations générales et les principaux objectifs du projet « Global bergsonism », lequel témoigne du réinvestissement constant, aussi bien en France qu’à l’international, des réflexions bergsoniennes aujourd’hui.

Le point de départ du travail exposé par M. Sait Özervarlı se réfère à la fameuse « devise » philosophique proposée par Bergson à l’occasion du Congrès Descartes de 1937 : « Je dirais qu’il faut agir en homme de pensée et penser en homme d’action ».

L’idée directrice de ce projet étendrait la vision bergsonienne d’une  « pensée en mouvement »  aux mutations actuelles de la recherche à l’échelle internationale, avec pour ambition d’intégrer cette reprise du recoupement bergsonien au renouvellement même de la réception contemporaine du philosophe, dont l’oeuvre bénéficie d’un regain de popularité majeur sur tous les continents. Non seulement s’agirait-il de perpétuer l’inspiration culturelle  dont a toujours été à l’origine l’oeuvre de Bergson (morale confucéenne, sagesse indienne, volontarisme latino-américain, pragmatisme américain) mais aussi de confronter ses apports théoriques aux infléchissements sociétaux ( « deep fake », « post-truth ») et débats scientifiques (intelligence artificielle, « post-humain ») du XXIe siècle. C’est au coeur même de cette inflexion que le corpus bergsonien apparaît comme cet « être conscient », pour lequel « exister consiste à changer, changer à se mûrir, se mûrir à se créer indéfiniment soi-même »  (L’Evolution Créatrice). Le consortium of Bergson studies soutenu par la Société des Amis de Bergson permet ainsi de soutenir l’interaction féconde de plusieurs études à portée internationale en cours, comme le PBJ (Project Bergson in Japan).

Journée d’études au Collège de France – Bergson :  l’évènement des cours

A la suite de cette conférence, les échanges autour de la retentissante actualité du corpus bergsonien continuèrent avec un après-midi de débats autour de la toute récente publication de quatre volumes de Cours inédits de Bergson au Collège de France aux Presses Universitaires de France. Deux tables rondes eurent lieu au Collège de France, dans le cadre du programme « Passage des disciplines » de la chaire de Littérature moderne et contemporaine d’Antoine Compagnon.

L’évènement des cours : sur le moment – table ronde animée par Caterina Zanfi

Caterina Zanfi (CNRS, Ecole normale supérieure), introduisit la première table ronde en orientant les initiatives actuellement promulguées par la Société des Amis de Bergson dans l’héritage de  la première société fondée, sous le même nom, en 1948 peu de temps après la mort du philosophe (notamment composée de Vladimir Jankélévitch, Henri Gouhier,…) dont les Etudes bergsoniennes s’efforçaient déjà d’étendre la diffusion de sa pensée par des études critiques et l’édition de certains écrits jusque là restés inconnus. Dans cette lignée, les dernières publications inédites des Cours du Collège de France permettent de faire revivre la temporalité d’une théorie en pleine éclosion.

Cécile Surprenant (Collège de France) expliqua l’importance de la réforme du règlement au Collège de France dans l’évolution marquante du traitement médiatique de Bergson. Si les premiers cours de ce dernier ne regroupaient qu’une demi douzaine d’auditeurs (ce que François Azouvi a par ailleurs pu détailler dans sa dense analyse historique La Gloire de Bergson : Essai sur le magistère philosophique), le tournant majeur, comme le décrit l’étude d’ A. E. Pelkington, Bergson and his influence, s’inscrivit dès la publication de l’Evolution Créatrice en 1907, en quasi synchronie avec la réforme du règlement du Collège de France entre 1909 et 1911. Le passage de la mention « cours »  à celle d’ « enseignements » fut  significative : il s’agissait de distinguer spécifiquement la politique pédagogique du Collège du reste de l’enseignement supérieur. La presse accueillit avec enthousiasme ce qu’elle qualifiait de « rajeunissement » propre à ancrer l’établissement dans la modernité de la transmission des savoirs. Cet évènement des cours se situe donc à l’entrecroisement de la reprise médiatique d’une réforme historique du Collège et du phénomène mystérieux de l’engouement des cours de Bergson de la part du public.

 

Emily Herring (University of Leeds) s’attarda précisément sur le cas des nombreuses femmes figurant parmi le public des cours, ces « bergsoniennes » autrement appelées « caillettes », « snobinettes », associées aux précieuses de Molière, et par conséquent rapidement cibles de critiques moqueuses, voire virulentes, de la presse : de la comparaison des cours de Bergson à un « harem » par un journaliste britannique au constat de l’un des exemplaires du Coq de 1913  selon lequel il fallait « envoyer les snobinettes s’amuser ailleurs » , cette agitation mondaine profitait évidemment aux disqualifications des théories mêmes du philosophe. Selon un mouvement circulaire, Bergson et les femmes étaient attaqués en raison de leur atteinte réciproque centrée sur leur commune « irrationalité ». En pleine période de débat autour du droit de vote des femmes, ces invectives médiatiques se montrèrent comme  l’occasion pour certaines féministes d’associer les idées bergsoniennes à leur cause, comme l’américaine Marian Cox, dans son texte de 1913, « Le message de Bergson pour le féminisme ». De même, Simone de Beauvoir évoquait dans son journal, avoir été, alors adolescente, victime d’une « grande intoxication » à la lecture de Bergson, et, aujourd’hui, malgré son ultérieure prise de distance, la question de cette influence reste encore soulevée, notamment dans l’article de M. Simons « Bergson’s influence on Beauvoir’s philosophical method ». Ainsi serait-il intéressant d’approfondir cette généalogie de la dévalorisation intellectuelle du féminin en lien avec cette féminisation de la réception bergsonienne de l’époque.

Mark Sinclair (Collegium de Lyon) souligna le fait que Bergson semblait privilégier les oeuvres publiées aux cours qu’il jugeait « accessoires », dans la mesure où il estimait que les livres constituaient un ébranlement réflexif plus intense que les restituions publiques. Il confiait alors à Jean Guitton qu’un bon enseignement supposait une séparation avec le travail personnel, selon l’opposition « dogmatisme de l’enseignement »/ « suggestion par frange » de l’écrit (conception que nous pouvons mettre en perspective avec le privilège accordé à l’oral par Derrida). Cependant, la reprise des thèmes bergsoniens dans les cours permet de cerner le resserrement continu de l’intuition du philosophe dans son oeuvre , à travers les notions cruciales de causalité, volonté, et mémoire. Le relais historique des cours fait résolument office de transition théorique entre l’Essai, Matière et Mémoire, et l’Evolution créatrice qui lui est totalement sous-jacente.

L’évènement des cours :  aujourd’hui – table ronde animée par Arnaud Bouaniche

Pour Arnaud Bouaniche (Lycée Gambetta d’Arras), symétriquement à leur profération, la récente publication des cours actualise cette événementialité articulée autour de trois niveaux fondamentaux pour les recherches en cours: 1/l’étude d’une philosophie qui se fait, par audacieux à-coups de fulgurances elliptiques. 2/ la question de comment faire cours de philosophie, et quelle relation entretenir avec les publications parallèles. 3/ la portée de la traduction et diffusion des oeuvres.

Arnaud François (Université de Poitiers) porta son attention sur l’interversion des thèmes de la mémoire et la liberté dans les cours par rapport à l’ordre de publication de l’Essai et de Matière et Mémoire. A partir des dernières lignes de la dix-neuvième leçon des cours de 1903-1904, il formula l’hypothèse très pertinente de l’aller-retour circulaire de la vie entre ce jeu d’approches en écho de la mémoire (du mouvement à la conscience) et de la liberté (de la conscience au mouvement) : « il s’agit alors de jeter un pont entre conscience et mouvement, en partant de la conscience pour arriver au mouvement, au lieu de partir du mouvement pour arriver à la conscience ».

Rocco Ronchi (Università dell’Aquila) désigna l’apparente contradiction entre l’histoire de la philosophie proposée par Bergson, fondée sur les déductions systématiques effectuées à partir d’un dénominateur commun a priori et universel de la définition du « philosophique en tant que tel, et ce qui le sépare du non-philosophique », et la méthode proprement bergsonienne, mise en pratique dans ses ouvrages. L’autre contradiction que Rocco Ronchi proposa de cerner était la reprise commune dans le cours sur le temps et l’Essai, de la thématique mégarique du monnayage de la pièce d’or à partir duquel il est possible d’entrevoir l’unilatéralité du processus de causation, et, de fait, supposer que l’inversion de la causalité métaphysique effectuée par l’introduction de la durée n’en est pas une perversion, mais dissimule peut-être une parenté inavouée…

Hisashi Fujita (Université de Kyushu Sangyo) présenta le Project Bergson in Japan et l’apport de la traduction japonaise des cours. Plus de deux cents notes furent par exemple ajoutées, certains schémas furent inclus, comme celui de Benedetti dans le cours sur Aristote. Le fondateur du PBJ rapporta la compréhension générale des cours à la phrase de la Pensée et du Mouvant qu’il souhaite intégrer à la démarche des initiatives à venir dans ce cadre de recherche.

Camille Riquier (Institut Catholique de Paris) développa plusieurs usages éclairants à tirer des cours : 1/ une manière de (re)penser l’enseignement, à un moment où il se trouve menacé : Bergson était un homme de l’oral; la description du cours passe par le portrait de l’homme. Péguy ne prenait pas de notes, afin de « s’abreuver à la source même »  de la performance. 2/ s’interroger sur le vecteur de la vulgarisation du savoir : comment le faire sans être justement vulgaire ? Selon l’expression de François Azouvi, la « gloire pure » de Bergson tenait à l’exigence de simplicité de ne faire que de la philosophie, de délivrer une oeuvre aussi impersonnelle que la science. 3/ qu’est-ce être bergsonien ? Ne serait-ce pas reprendre le fil même de la pensée bergsonienne tout en y instillant la singularité d’une démarche actuelle ? 4/ Les cours permettent un éclairage scientifique de l’oeuvre, en y rétablissant la continuité des livres, tout en en réapprenant le cheminement, les explicitations, et ce sous un éclairage nouveau. 5/ un horizon herméneutique fécond de la discipline, lorsque, par exemple, Bergson présente la pensée de Plotin comme le premier système dont le déploiement permet de comparer tous les autres systèmes ultérieurs entre eux, ou analyse la démythologisation de Platon au coeur de la démarche d’Aristote, qui malgré cette distanciation critique, en reprend les idées.

Clôture – Frédéric Worms

Frédéric Worms (Ecole normale supérieure) salua l’investissement des intervenants, et parla même d’une troisième révolution bergsonienne en cours, avant de formuler une hypothèse d’ouverture s’articulant autour de trois axes majeurs :

  • Le fait de situer les cours au sein de l’oeuvre indique le déploiement à travers lequel l’intuition simple se diffracte en une multiplicité de réceptions.
  • L’évènement des cours rejoint la question du sens du moment. La résonance de la pensée de Bergson avec les arts n’avait de fait rien de superficiel, comme peut en témoigner la relation de Bergson à Proust, qui illustrait quelque chose d’une époque en quête d’un certain dévoilement de l’existence face au positivisme institutionnalisé.
  • Les cours désignent le soubassement historique propre à la rupture des positions de Bergson, lequel parlait de l’impératif de « très bien connaître les Grecs » pour mieux « rompre avec eux ».

Ces trois points saillants à l’intégration des cours dans le cheminement intuitif général de Bergson entrent en intime résonance avec la conception qu’il convient d’adopter dès lors que nous nous revendiquons « bergsoniens ». Comme le soutenait Bergson lui-même dans « La perception du changement » ou « L’introduction à la métaphysique », il existe certes une science, mais pas une philosophie, pour laquelle un même problème suppose toujours des rayons de pensée singuliers. La conception d’une « doctrine » selon Bergson aurait pour foyer la position de problèmes philosophiques à assumer et à laisser ensuite se déployer dans le monde, dans un temps, un moment de reprise.

Frédéric Worms conclut justement sur cette tension fondamentale qui doit animer les études bergsoniennes : être bergsonien, ce n’est pas prétendre soutenir et compléter le dogme d’un système préétabli, mais, au contraire, répondre à la source commune des interrogations, par La Pensée et le mouvant des différents points de visée de solutions plurielles.

Manon Grimaud (Ecole normale supérieure de Lyon)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.