Publication: Ensaio Sobre Os Dados Imediatos Da Consciência, Traduction par Maria Adriana Camargo Cappello, préface de Débora Cristina Morato Pinto

Débora Cristina Morato Pinto, Departamento de Filosofia – Universidade Federal de São Carlos, São Paulo, Brésil.

Maria Adriana Camargo Cappello, Departamento de Filosofia – Universidade Federal do Paraná, Paraná, Brésil

Nous sommes heureuses de vous présenter la première édition critique d’un livre de Bergson préparée et publiée au Brésil. C’est également la première traduction brésilienne de L’Essai sur les données immédiates de la conscience, l’ouvrage inaugural du philosophe dont les réflexions ont trouvé un écho tout au long du XXe siècle. Ses analyses sur la durée, l’intensité et la liberté sont continuellement redimensionnées par des discussions contemporaines autour de la psychologie et de la psychanalyse, des neurosciences, de la biologie et de la physique, de l’éthique et de la politique. La traduction commentée dans les notes explicatives vise donc à ouvrir la voie à une lecture attentive et croisée des questions pertinentes.


Notre édition critique s’inscrit dans le contexte des études bergsoniennes et de leur remarquable expansion au cours des 30 dernières années. Ce contexte implique la Société des Amis de Bergson, qui centralise et dynamise la communication entre les experts et les personnes intéressées par l’étude de la philosophie bergsonienne et aussi les nombreuses publications qui l’entourent (tels que l’édition Le Choc Bergson aux PUF, les Annales Bergsoniennes et la future revue Bergsoniana). Ce mouvement trouve également un écho dans d’innombrables colloques, conférences, réunions et aussi dans des projets mondiaux tels que le « Projet Bergson au Japon » (lancé en 2007 et très consolidé aujourd’hui) et le « Global Bergsonism », qui vient d’être mis en place. Et la présence brésilienne constante dans ce mouvement a été motivée par la publication, par George Olms Verlag, de la traduction française (faite par Renaud Barbaras) du livrre de Bento Prado Jr., Presence et Champ Transcendantal: Conscience et Negativite dams la Philosophie de Bergson, une réflexion de profondeur dont l’originalité a été immédiatement saisie par les chercheurs français articulés en réseau à partir des thèses soutenues et des cours dispensés dans les universités. Le débat sur le livre de Prado Jr. au Collège de France a été publié dans le premier numéro des Annales Bergsoniennes – Bergson dans le siècle.


Cela signifie qu’il y a beaucoup de personnes à remercier pour le dialogue et l’encouragement dans nos études bergsoniennes. Nous pensons pouvoir remercier tous en exprimant notre dette envers Frédéric Worms, la force motrice de ce mouvement qui est, dans son essence, marqué par l’ouverture. En fait, les leçons sur la morale ouverte dans Deux Sources peuvent être signalés comme le ton dominant dans les groupes de recherche autour du philosophe. Plus que jamais, nous constatons aujourd’hui la nécessité de rappeler que le développement de sociétés closes est bien liée à la violence et à la guerre. Passer d’une morale de l’obligation, forgée dans le tissu de la vie sociale organisée pour solidifier et défendre le groupe, à une morale ouverte à l’humain en tant que tel, voilá un ideal éthique dans la pensée bergsonienne. Cet horizon est plus qu’actuel et la philosophie doit jouer son rôle dans les efforts pour passer d’une voie statique à un mouvement dynamique qui accueille le potentiel de transformation et permet la cohésion des différents. L’ideal pointe vers une totalité ouverte qui n’impose pas de frontières.


L’ouverture, bien que ce ne soit thème explicite que dans la dernière œuvre de Bergson, est un déploiement des virtualités présentes dans la compréhension de la liberté à la lumière de la durée. C’est-à-dire que l’ébauche de cette ouverture est le dernier geste théorique qui prolonge le fil de l’étude de la liberté. Oui, le problème que pose L’Essai – ou plutôt, le pose en termes nouveaux – est déjá éthique, la liberté, même si ce terme n’appartient pas à son titre. Découvrir comment l’étude de la conscience intérieure, des émotions et de la durée psychologique peut être la clé de la redéfinition de la liberté est l’une des questions les plus instigatrices du livre. Possibilité de découverte qui, une fois assumée par le lecteur ou la lectrice les amènera certainement à poursuivre dans ce mouvement concomitant d’élargissement et d’approfondissement qui peut arriver à l’idée de moralité ouverte.


Mais il n’est pas dans notre intention de faire ici un recensement des thèmes et des œuvres de Bergson. Nous voulons juste souligner comment le groupe de chercheurs qui partagent l’intérêt pour le philosophe s’est articulé sous l’impulsion de l’ouverture susmentionnée. Il s’agit d’une attitude qui a précisément comme l’un de ses traits expressifs la construction de réseaux de recherche nettement internationalisés. Des réseaux, d’ailleurs, qui ne fonctionnent pas comme une simple formalisation des activités de recherche, mais qui ont été établis grâce à des relations interpersonnelles et des réflexions philosophiques dialoguées, souvent marquées par de solides amitiés et des rencontres dans le monde entier. Nous avons la joie et nous sommes très fières d’en participer.

Notre édition de L’Essai est critique, c’est-à-dire une traduction accompagnée de notes explicatives qui cherchent à clarifier les moments plus denses du texte, à relier la réflexion sur la liberté à d’autres œuvres du philosophe et à faire référence à des articles et des livres d’especialistes, en particulier (mais pas seulement) brésiliens. Une traduction accompagnée d’un dossier dont la réalisation n’a été possible que parce qu’il a été précédé par l’indispensable collection Le Choc Bergson, éditée par le PUF, et coordonnée par Frédéric Worms. Ainsi, la lecture du dossier critique de L’Essai (PUF, Quadrige, déjà dans sa troisième édition, 2018), un travail minutieux préparé par Arnaud Bouaniche, a été une condition pour préparer la nôtre, qui a un caractère et des objectifs distincts.


Pour conclure cette présentation, un mot sur l’expérience de traduire Bergson pour le public brésilien, que l’on retrouvera surtout dans les salles de classe, en face à face ou virtuelles. Il est inévitable de répéter ici la tâche toujours ingrate de traduire un auteur de la stature de Bergson, qui allie la puissance créatrice à la précision théorique et à la légèreté du style. De plus, l’élégance et la beauté de son écriture, qui fait partie intégrante de son horizon philosophique, lui ont valu le prix Nobel de littérature. En fait, nous avons accepté, dès le début, de poursuivre ces caractéristiques à distance, en nous attachant certes à ne pas commettre d’erreurs dans le contenu, mais surtout à ne pas trahir la proximité établie par le texte entre son auteur et ses lecteurs. Si nous avons eu de la chance, nous espérons que, au moins à certains moments, la plongée dans le livre apporte au lecteur ou à la lectrice la présence de Bergson lui parlant de près, la présence du professeur enthousiaste qu’il était, qui présente des exemples, invite à explorer des expériences, qui prend ses distances lorsqu’il est obligé de développer un aspect plus technique, mais qui est là, proche, patient, appelant presque le lecteur par son nom.


Et, dans ce sens, une dernière remarque qui, d’ailleurs, a orienté l’organisation graphique du livre. Oubliez nos notes en première lecture. Lisez le professeur Bergson qui fait sa philosophie comme s’il s’agissait d’un exposé oral. Dans la deuxième lecture, donc, donnez-nous l’honneur de vous parler un peu de l’immense pensée de ce philosophe dont le rôle dans notre temps est redécouvert et approfondi de plus en plus.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.