Le CNRS soutient le projet sur le bergsonisme dans l’histoire globale de la philosophie par un IRN

Le Centre National de la Recherche Scientifique soutient par son outil de coopération international International Research Network le projet « Un chapitre dans l’histoire globale de la philosophie : Nouvelles perspectives sur le bergsonisme » de 2021 à 2025.

Les débats méthodologiques sur l’histoire globale et les transferts culturels ont été extrêmement animés au cours des dernières décennies et ont montré leur fertilité dans la plupart des domaines.

Cependant, en ce qui concerne l’histoire de la philosophie, de telles recherches font encore défaut. La méthodologie de ces enquêtes n’est pas bien définie et dépend encore beaucoup des approches nationales. Les recherches actuelles sur l’histoire de la philosophie, en particulier sur le 20e siècle, traitent néanmoins non seulement des variations historiques au sein des systèmes de pensée, mais aussi des questions relatives à la circulation globale des tendances philosophiques.

Un cas emblématique de philosophie globale que nous nous proposons d’étudier dans ce projet de recherche collectif est celui d’Henri Bergson (1859-1941). Il est difficile de surestimer la portée de sa philosophie, à l’échelle mondiale. De toutes les philosophies du début du 20e siècle, celle de Bergson est sans doute celle qui a connu la plus large diffusion : depuis la publication de L’évolution créatrice (1907), ses œuvres ont été traduites et débattues sur tous les continents, créant un véritable mouvement intellectuel global, tout en produisant des relocalisations et des resémantisations de sa pensée. Pour sa physionomie globale et multiforme, le Bergsonisme représente un exemple de transfert philosophique global. En tant que tel, son étude précise aura une fonction exemplaire dans la définition de la méthodologie d’enquête pour une histoire globale de la philosophie, qui fait actuellement l’objet de définitions et de débats. Elle dynamisera et renouvellera profondément les études bergsoniennes aussi, en créant des croisements fertiles de perspectives.

Des études extrêmement riches sur Bergson, portant notamment sur la phénoménologie, l’existentialisme, la philosophie des sciences et la théologie, ont été produites partout dans le monde. Mais plusieurs questions restent sans réponse : qu’implique la nature globale du bergsonisme, et qu’est-ce que les intellectuels du 20e siècle ont trouvé dans Bergson, et dans la tradition philosophique française, qui résonne si profondément avec les multiples problèmes intellectuels, politiques et sociaux qu’ils ont rencontrés ? À quelles questions le bergsonisme a-t-il répondu en dehors du monde occidental ? Pourquoi certains penseurs ont-ils violemment rejeté Bergson ? De quelles manières créatives les penseurs internationaux ont-ils produit des synthèses créatives entre le bergsonisme et leurs propres traditions intellectuelles afin de trouver des solutions aux problèmes de la modernité ?

L’exploration du bergsonisme comme exemple de la globalisation du modernisme philosophique à travers ces questions nous permettra d’obtenir une compréhension plus claire de ses transformations dans des contextes historiques particuliers. Le projet de recherche proposé vise donc à examiner l’unité du bergsonisme en tant que mouvement mondial, et la multiplicité de ses manifestations locales. Celles-ci ne seront pas seulement considérées comme une mosaïque de cas régionaux, mais considérées dans leurs relations. En prenant en compte les transferts philosophiques en jeu, en croisant les perspectives et en les rassemblant, nous visons à mettre en évidence les effets globaux de la philosophie de Bergson. Pour obtenir une image précise de la valeur culturelle du bergsonisme, il faudra analyser de près les différents contextes, acteurs et discours. Cette recherche sera menée au sein d’un vaste réseau scientifique basé sur le programme CNRS-IRN, faisant intervenir des chercheuse·eur·s de différentes formations.

Ce projet ne vise donc pas simplement la recherche érudite : en écrivant les chapitres locaux d’une histoire intellectuelle globale du bergsonisme, il mettra également en lumière la richesse et la diversité à l’œuvre dans les études bergsoniennes sur un plan international. Cela inclut les considérations actuelles sur la question du vivant qui occupe une place importante dans les sciences, en philosophie et bien sûr en politique.

L’IRN GlobPhilBergson constituera en premier lieu une recherche pionnière dans le domaine de l’historiographie philosophique globale et offrira une contribution méthodologique majeure à ces recherches. L’IRN établira un réseau international de chercheuse·eur·s et d’activités sur le bergsonisme dans différents domaines. Cela permettra de mettre à disposition, en libre accès, de nombreuses publications de sources inédites, des études originales et une bibliographie complète et internationale des études bergsoniennes.

Le projet interagira également avec l’Institut de recherche fondamentale sur l’histoire de la philosophie de l’Université de Wuppertal, lié à la nouvelle édition du Grundriss der Geschichte der Philosophie, en tant qu’étude de cas modèle du mouvement philosophique mondial.

 

 

Partenariat

 

Le groupe central est composé de 

  1. Caterina Zanfi (CNRS/ENS, UMR 8547 Pays germaniques – Transferts culturels) – Coordinatrice
  2. Yasushi Hirai (Université de Fukuoka, Japon)
  3. Leonard Richard Lawlor (Penn State University, États-Unis)
  4. Débora Morato Pinto (Université fédérale de São Carlos, Brésil)
  5. Émile Kenmogne (Université de Yaoundé-1, Cameroun)
  6. Povilas Aleksandravicius (Université de Vilnius, Lituanie)
  7. M. Sait Özervarlı (Université de Yildiz, Turquie)

L’IRN comptera également sur l’expertise du groupe de recherche sur l’historiographie philosophique mondiale de l’Institut für Grundlagenforschung zur Philosophiegeschichte (Institut de recherche fondamentale sur l’histoire de la philosophie) de l’Université de Wuppertal – lié à la nouvelle édition du Grundriss der Geschichte der Philosophie, dirigé par Gerald Hartung. 

Un vaste réseau d’experts mondiaux en études bergsoniennes interagira avec le projet, notamment grâce à la synergie avec le Centre d’étude de la philosophie française contemporaine (Ciepfc, USR 3608 République des savoirs), l’EUR Translitterae, la Société des amis de Bergson (SAB), la Bergson Society North America, la Société japonaise de philosophie française, le Cercle Camerounais de Philosophie (CerCaPhi), la Fondation pour l’histoire de la pensée à Istanbul (BILDEV).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.