Atelier Bergson – Animal et humain chez Bergson : entre philosophie et biologie

La prochaine séance de l’Atelier Bergson, avec Bruno B. Rates et Mathilde Tahar aura lieu le 28 novembre 2023 de 11h-13h à l’École normale supérieure (45 rue d’Ulm, Salle Pasteur) et sur Zoom, et sera animée par Florence Burgat

Programme

Bruno Rates (Universidade de São Paulo, Brésil)
Y a-t-il une anthropologie philosophique bergsonienne ?
La réponse de Bergson à la question de la place de l’être humain dans la nature

Qu’est-ce que l’être humain ? Malgré la persévérance de cette question tout au long de l’histoire de la pensée, l’émergence des théories évolutionnistes à partir du XIXe siècle a apporté des éléments radicalement nouveaux tant dans sa formulation que dans la tentative d’y répondre. Bergson n’a pas été exclu de ce nouveau paysage intellectuel et, à partir de 1907, il a développé ce que l’on peut provisoirement appeler une anthropologie, c’est-à-dire une théorie de l’être humain à fort contenu spéculatif qui est également tributaire des avancées des sciences de la vie. Ma communication entend présenter en trois moments la manière dont s’est établie une telle alliance entre connaissance expérimentale et réflexion philosophique : 1. par la manière dont la théorie bergsonienne de l’être humain peut être comprise à l’intérieur des deux paradigmes qui ont dominé l’anthropologie physique : la forme (attributs visibles de l’espèce humaine) ou la fonction (attributs invisibles de l’espèce humaine) ; 2. par l’idée que les attributs qui révèlent la spécificité de la place de l’homme dans la nature “traduisent”, “manifestent” ou même “projettent” une irréductibilité intérieure ; 3. par l’examen de ces attributs eux-mêmes : la technologie (la main), l’histoire, le langage et le cerveau. 


Mathilde Tahar (Université de Lille 3)
La philosophie animale de Bergson
Conscience du vivant, créativité instinctive et biologie contemporaine

L’animal non-humain tient une position importante dans l’œuvre bergsonienne. Mais parce qu’il sert généralement à éclairer d’autres concepts – l’humanité, l’élan vital, peu d’études se sont intéressées à la philosophie animale de Bergson. Pourtant la conception bergsonienne de l’animal comme un être instinctif mais conscient, autre que l’humain mais participant comme lui de l’élan vital, offre des outils philosophiques précieux pour aborder les défis contemporains de l’éthologie comme de la théorie de l’évolution. Mon objectif, dans cette présentation sera d’analyser cette paradoxale conscience instinctive que Bergson attribue à l’animal, et d’interroger les enjeux contemporains d’une telle conception. Pour ce faire, j’étudierai la place singulière de l’animal dans la philosophie bergsonienne par rapport à l’humain et par rapport à l’élan vital, en montrant comment Bergson évite une approche anthropocentrique. J’interrogerai ensuite la façon dont l’animal, par sa conscience, participe de façon unique à la créativité de l’élan vital. Enfin, j’analyserai les enjeux contemporains de cette philosophie animale, en montrant comment l’approche bergsonienne permet à l’éthologie de repenser ses méthodes, et invite à concevoir à nouveau frais le rôle joué par les organismes non-humains dans l’évolution.

Séance animée par Florence Burgat (École normale supérieure/CNRS).

Lien pour assister en distanciel : https://cnrs.zoom.us/j/95096060568?pwd=ek43aEpvYmFocGFOejlqc0tKdkd2UT09 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
eherring (16 octobre 2023). Atelier Bergson – Animal et humain chez Bergson : entre philosophie et biologie. Société des amis de Bergson. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lx69


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.